Communauté de l'Herbier de poésies

jeudi 15 mars 2018

Page 104 À l'horizon de Paul Bennet







Paul Bennet - Familiar-Ground



Un grand merci de vos participations autour de ce superbe tableau.






Il avait peint la mer


Il avait peint sa vie en bleu, un bleu profond veiné de rêves, témoin d'un été lumineux.
La mer a débordé sur le bleu, frange d'écume en robe blanche aux sonorités si étranges,
mi-bercement, mi-roucoulade, sur fond de ciel un peu blafard.
La mer a roulé sur ses flancs la mémoire du levant aux ocres empourprées dès l'aurore, la couleur de ses sillons d'argent dérobant à l'horizon bohème toutes les nuances sublimées.
Elle a frémi sous les falaises, d'effleurements en estocades, d'ombres sournoises en cordons pâles.
Sa vie n'est jamais renoncement, dans l'obscur ou dans la lumière, dans les froissements du silence ou ses écarts si tempétueux.
Il avait peint sa vie en gris, le gris de la désespérance ou peut-être celui de l'oubli.
Comme des images en noir et blanc, au parfum suranné de l'enfance, des belles histoires déjà fanées.
Bleu ou gris, c'est toujours la mer, cette musique dans la brume, ces déferlantes sur la grève, cette écriture de l'amour.
Elle chante toujours la mer, elle donne puis elle reprend, un jour, des nuits à l'écouter...

Balaline








 

"Paysages"


J’aime les paysages
Âges de la vie
Vie à vivre chaque jour
Jour qui rit, jour qui pleure
Pleure avec le soleil
Soleil en larmes
Larmes de lune
Lune de l’adolescence
Sens en éveil
Éveil de la poésie

Poésie des paysages.

Laura VANEL-COYTTE
http:://wwww.lauravanel-coytte.com








 
Ciel d’équinoxe
L’océan à l’assaut des dunes
Plage ensanglantée

Josette










Pour un dernier adieu


Devenir la vague
Plume de soie
Qui irise et transfigure
Parfois
Hurlante et dévastatrice
Ouvrir le coffre des impasses
Où nos chemins se dispersent
Où les voiles prennent le large
Le chant des bateaux t'emporte
Le sable vit et se répand
Part à la conquête de la dune
Recouvre et berce
S'ouvre sur la lumière
Des coursiers du bonheur
Des chevaux déchaînés
Saoulés d'espace et de liberté
Qui galopent sur la crête de nos rêves
Un soir, ils se retrouvent
Affalés, éreintés, éteints
Noyés
Dans la lueur turquoise
Qui a pour nom beauté
Pour un dernier adieu

© marine Dussarrat







 












Le vent, l'océan et le peintre


Le vent vocifère, glapit, invective la plage désertée.

Noroît insensible
Sur la plage aux crustacés
Ni BB*, ni touristes

Il aime ce temps, l'apprécie, le recherche. Ciel colérique+ océan bouillonnant= tableau fascinant. De quoi exalter sa créativité. L'artiste solitaire, poète à ses heures, parle aux nuages, versifie sur leur neige ourlée fumée de bois.

Au coeur du tumulte
Bousculé, tiraillé
Mais
Son coeur si serein 

Sans pinceaux, ni crayons, il peint avec ses yeux, son âme fervente. Cet amer émeraude! Et là! Là! Ce vert sapin si profond, si hermétique qu'il se heurte à ceux, mouvants, de l'océan. L'eau répond à l'appel du vent. Vague après vague, elle roule encore et encore ses mots abyssaux, ses verbes inconnus. Puis vient, hargneuse, baver son sel aux pieds du peintre indifférent.

Sur la grève
Éphémère
L'éloquence marine.
Page abstraite
Écho romantique
Celle de l'artiste
.
Martine MADELAINE-RICHARD

*référence à BB: Brigitte Bardot et sa chanson:  La Madrague
                  "Sur la plage abandonnée/Coquillage et crustacés/Qui l'eût cru déplorent la perte de l'été/
               Qui depuis s'en est allé"









Calme encore, le temps !
L’océan s’alanguit, mou,
L’horreur dans le ciel.

 ©Serge De La Torre
http://instantsdecriture.blogspot.fr
http://decoeuretdencre.blogspot.fr







Horizon marin

Dans le soir incertain, le ciel a décrété la confiscation des étoiles. La nuit bâillonnée ne sera bientôt plus que plaintes, tumulte de l’horizon épousant la vague en vagissements orgasmiques.
Le sable du rivage, maquillé d’ocres, malmené d’écume, se noie dans l’indécision entre bleus et verts. Quelque part, menace indéfinie, la bouche des abysses broie le souvenir grinçant des coques englouties et la rouille des nuées s’élève au-dessus des eaux.
L’Homme, depuis toujours, paie son tribut à la mer.

Adamante Donsimoni
https://le-champ-du-souffle.blogspot.fr/





Le coin des retardataires

 
 
En terrain connu on ne devrait avoir peur de rien
Pourtant je sens que la mer est en colère, elle se détache de la terre,
elle ne veut plus lui coller à la peau
La terre sans elle sera boue grise
L'estran ne sera plus jamais grève au sable doux et doré
le délaissé sableux de la mer ne sera  que marécage glauque
C'est alors que j'ai vu le ressac malmener une branche, la jeter, la reprendre, la faire rouler comme un noyé, sans se lasser de lui sucer la moelle.
Sous mes yeux la branche devint caïman, je le vis ramper dans la boue,  son œil méchant de prédateur prêt à me manger, moi la proie facile.
Dans cette vasière je m'enfonçais lentement incapable de voir les vagues qui voulaient en bleu et vert et en écume du temps nettoyer mes idées sombres.
Le ciel alors se mit à aspirer ces tristes visions.
Dans un bruit assourdissant il aspira la mer.
Alors sur la plage grise , la longue branche, laisse de mer,  bois flotté au bout de son voyage,  vint se poser à mes pieds.
À genoux j'ai remercier le ciel et l'océan
Dans mon atelier cette offrande deviendra œuvre:
"La bête à l'œil torve"

jamadrou © 11 mars 18  (A fleur d'image) 
jama.e-monsite.com
 
 
 
 
 
 
Tombé au creux de la vague
Sieur Soleil chavire
en un dernier bonsoir
colorant le crépuscule
des milles soucis d'un jour
que les flot borderont
dans un lit de sable...



15 commentaires:

  1. Bonjour Adamante,

    De très belles participations. Que de poésie, de sensiblité a inspiré ce magnifique tableau de Paul Bennet.
    Bravo à tous les brins d'herbes
    :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bravo à toi aussi, c'est un plaisir de te pouvoir te lire ici, un grand plaisir. À très vite j'espère.

      Supprimer
  2. Adamante, je pensais t'avoir envoyé mon texte né dès la parution de ta proposition.
    Je suis désolée.
    Vous pouvez lire mon texte ici: http://jama.e-monsite.com/pages/des-feuilles-a-glisser-dans-l-herbier/page.html
    Cette peinture vous a tous inspirés de bien belle façon, merci.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Eh non, tu ne l'as pas envoyée. Mais si tu veux je peux la rajouter à la page. Nous avons l'habitude ici, les retardataires, mes loupés, les vôtres. Tout cela permet de faire de petits rappels ( comme au théâtre ;-) )

      Supprimer
    2. très beau texte. Mais j'ai eu du mal à le lire (d'accord j'aurais pu agrandir les caractères. est-ce possible de le faire apparaître en un peu plus grand ?

      Supprimer
  3. Encore une page bouleversante...
    Merci Adamante

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci à toi Josette d'y avoir participé. Bon week end

      Supprimer
  4. que dire de plus après le commentaire de Josette ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. En souligner la vérité, ainsi que tu le fais. Je ferai en sorte de publier en caractère 14 au lieu de 12 pour les prochaines fois. C'est vrai que c'est un peu juste pour lire sur un portable. À très vite j'espère, quand tu auras récupéré ton ordinateur. Bon week-end, Jeanne. Tu nous manques.

      Supprimer
  5. Tombé au creux de la vague
    Sieur Soleil chavire
    en un dernier bonsoir
    colorant le crépuscule
    des milles soucis d'un jour
    que les flot borderont
    dans un lit de sable...
    ABC

    Absente pendant la semaine, je suis très en retard, mais séduite par cette page, je publierai demain cette modeste participation...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'ai rajouté le texte à la page. Un grand merci, Annick.

      Supprimer
  6. Ce tableau un peu "magique" nous a offert de beaux écrits.Merci Adamante pour ce choix, à Paul Bennett pour son talent et à vous les brins de l'herbier.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je vais lui adresser le lien dès ce soir pour qu'il puisse lire nos textes.
      Merci de ta participation. Amicalement

      Supprimer
  7. Merci de vos commentaires ici, la page vit aussi par eux que tout le monde peut lire quand le temps n'est pas toujours suffisant pour visiter tous les blogs (hélas!)Alors, encore merci. Et belle semaine.

    RépondreSupprimer
  8. Et merci à toi, à tous, pour ces magnifiques moments de lecture.

    RépondreSupprimer

Merci de vos commentaires - ils sont en attente de modération -