Communauté de l'Herbier de poésies

mercredi 11 octobre 2017

Heures de hasard, herbes de pluie, par Jeanne Fadosi




 

Les pages autour des herbes - 87ème édition

par Jeanne Fadosi



Trèfle À Quatre Feuilles, Trèfle, ChanceHeures de hasard, herbes de pluie




dimanche 3 septembre, onze heures


Après les pluies de chaleur
les panicules du maïs

caressent le voile
estompant le soleil
pour le déchirer.




lundi 4 septembre, en début d'après-midi


Vaine quête de hasard
ils cherchent fortune
dans un trèfle à quatre feuilles

Les brins emperlés
scintillent dans la lumière
trésor d'abondance



mercredi 6 septembre, en début de soirée


Chronique vespérale

Le linge est lavé
Le soleil encourageant
Le vent polisson

Le faire sécher sur le fil
comme pour prolonger l'été ...




samedi 9 septembre, dix heures du matin


Soudaine et brutale
la rincée drue de l'orage
a fait fuir l'abeille




lundi 9 octobre, onze heures du matin


Pluies douces de la nuit
soleil tiède des journées
l'herbe est à la fête

en début de soirée

Petit peuple des herbes folles
gardez-vous de la tondeuse

onze heures du soir

Que fais-tu dans ma maison
jeune crapaud étourdi ?

Ignores-tu que le confort des gîtes humains est un piège mortel pour tes frères ? Le chat en a retrouvé un, il y a quelques semaines, dans les outils de jardin. Fuyait-il la canicule ? La nature, bonne fille, l'avait momifié.

Je te rends ta liberté
dans l'herbe fraîche des pierres.




mardi 10 octobre, dix heures du matin


Pluie et soleil au rendez-vous
de l'autre côté de la vitre
festin de roi pour le verdier.








6 commentaires:

  1. Merci, Jeanne, j'ai dit chez toi tout mon plaisir à te suivre. Quel bonheur !

    RépondreSupprimer
  2. Tout comme j'aime, merci Jeanne ! ;-) jill

    RépondreSupprimer
  3. Aujourd'hui vendredi 13, lire tes Herbes Jeanne: un vrai bonheur, merci!

    RépondreSupprimer
  4. C'est une page magnifique, bravo Jeanne

    RépondreSupprimer
  5. Je fais le tour des pages, des commentaires et des réponses qui se tissent. Je tiens a te redire ici mon admiration pour cette poésie que j'aurais aimé voir célébrée comme elle le mérite.

    RépondreSupprimer
  6. Coucou Jeanne
    Avec toutes mes excuses pour le retard, mais les vacances sont passées par là et je découvre avec bonheur ta douce poésie au fil des jours et des heures...
    Moi aussi, la rentrée m'a cueillie avec moult lessives sur les fils au point que ceux-ci n'ont pas résisté... surtout avec le vent polisson ... :)
    Ton crapaud me rappelle cette marée de milliers de minuscules crapauds translucides menés par leur mère dans la cour vers le paradis, càd notre étang... dans les Vosges...tous déboulant de nos caves voûtés fort humides... Nous avions bien remarqué la grosse mère brune et verte, mais l'avions laissée s'installer dans son antre, près d'une source qui suintait dans une des caves... J'en avais un peu la frousse tant elle était énorme ! mais elle a eu la gentillesse de m'ignorer !
    Merci pour ta prouesse poétique qui évoque tant de bonheurs !
    Bisous

    RépondreSupprimer

Merci de vos commentaires - ils sont en attente de modération -